Aïe. Aïe. Aïe. Direction l’ostéo !

Posted on
osthéo

Aïe. Aïe. Aïe.
 
Ce matin, je me suis réveillée, le dos bloqué. Mais bloqué de chez bloqué. Ce qui a évidemment beaucoup faire rire ma chère belle-mère, qui elle, est capable de toucher ses orteils avec sa langue.
Du coup, j’ai foncé chez mon ostéo. Enfin, foncé… C’est un bien grand mot. Disons que j’ai rampé, geint, grincé, pleuré, supplié pour qu’on abrège mes souffrances. Et puis, j’ai fini par prendre un  taxi.
Sur le trajet, je me suis demandée ; Kiné ou ostéo ? Ou kiné ? Ou ostéo ?
 
Alors du coup, après m’être fait manipuler et tordre dans tous les sens, j’ai profité que j’étais là pour poser quelques questions à mon ostéo.
 
D’abord, c’est quoi un ostéo ? Et la différence avec un kiné, elle est où ?
 
«  – Alors, un ostéo et un kiné, c’est tout aussi différent qu’un ébéniste et un menuisier. C’est-à-dire que l’un travaille le bois et l’autre construit avec du bois. Ce n’est pas clair ? En gros, ce n’est pas la même caisse à outils. 
 
Un kiné va soigner une blessure visible, faire une rééducation à la suite d’un accident par exemple, mais toujours par rapport à une pathologie claire et confirmée. Exemple, si vous avez mal à une cheville, un kiné va soigner votre cheville. 
 
Un ostéo, lui, il va travailler sur une « globalothérapie ». Hein ? Oui, ça ne veut rien dire. En gros, l’ostéo va chercher l’origine de la douleur, qui n’est pas forcément là où vous avez mal. C’est-à-dire que vous pouvez avoir mal à ladite cheville à cause d’un dérèglement au niveau du bassin, d’une mauvaise position de votre colonne vertébrale ou plus simplement à cause d’un nerf coincé dans la nuque.
 
Ce n’est pas que l’un est mieux que l’autre, ce sont deux visions différentes de la médecine. A vous de déterminer ce qui vous convient le mieux. »
 
 
« – Et pourquoi on a mal au dos comme ça, souvent. C’est nul ! »
 
Ah ben, il faut savoir que nous ne sommes pas tous égaux devant le mal de dos. Outre les causes « classiques », il y a des causes souvent moins connues, comme le facteur chromosomique. Au même titre que certains prennent 3 kilos en regardant une salade avec un peu trop de vinaigrette, d’autres pourront avaler 3 pizzas 4 fromages avec en plus du fromage dans la croûte sans prendre un seul microgramme ! »
 
 
 « – Oui, comme ma belle-mère quoi… »
 
« – Oui ? Ah. Bref. Donc, je disais. Le facteur chromosomique. Donc, nous ne sommes pas tous égaux devant la résistance aux tensions et aux maux de dos. Ce n’est pas que certains sont mieux que d’autres, c’est l’injustice de la nature. Saleté de chromosomes.
 
Autre cause, plus connue, cette fois, le métier que nous exerçons. Plus vous portez de poids, plus vous vous baissez, plus vous pourrez potentiellement déclarer des pathologies dorsales. Et si en plus vous avez un terrain favorable à ces pathologies, là, j’ai envie de vous dire « Jackpot »…
Ah, et évidemment, le stress. Pendant longtemps, le stress n’était pas « reconnu » comme facteur de mal-être. En gros, c’était : « Prenez un cachet et arrêtez de vous plaindre ! » Mais, en fait, le stress et un vrai facteur. C’est même un symptôme ! Et on doit le traiter de la même manière que si la personne avait pris un coup de poing dans la figure.
 
En médecine allopathique … Hein ? Ça veut dire « médecine classique ». Et arrêtez de m’interrompre, s’il vous plait. Donc, en médecine allopathique, quand quelqu’un a pris un coup de poing physique, on soigne le bleu. On voit le bleu. En ostéopathie, on considère un coup de poing « moral » comme un coup de poing « physique ». C’est-à-dire qu’on soigne le bleu que le stress peut faire à l’âme, au corps. On ne considère pas ça comme un facteur psychosomatique.
Souvent, les douleurs au dos sont dues à un doux mélange de tous ces facteurs. »
 
 
«  – On peut faire quoi, au quotidien pour éviter de se retrouver en mode « culbuto », comme moi aujourd’hui ? »
 
« – Et bien, déjà, adoptez une bonne posture  au travail. N’oubliez pas que nous sommes encore faits pour écrire, nous n’avons pas encore muté pour être des périphériques de nos ordis. Ce que je veux dire par là, c’est que la meilleure position au travail devant l’ordi, c’est d’avoir l’écran légèrement en dessous du niveau de l’œil, et d’avoir un siège pivotant à roulette. Et ça, c’est pour éviter les torsions dorsales et cervicales. Donc, on surélève son siège et on incline légèrement l’écran. Comme ça, on le regarde de haut.
 
Et ne sous-estimons évidemment pas le stress. L’ennemi public numéro 1 de notre bien-être.  Ça nous tend, ben tiens, comme un … Hein ? Oui, bref. »
 
«  – Alors, il y’a des solutions pour améliorer son quotidien et limiter certaines causes de douleurs. Déjà, le choix de la literie. Quand on le peut, il faut aller voir un tapissier, qui vous fera un matelas adapté à votre morphologie. Et si on ne peut pas, prenez quand même le temps de bien tester les matelas avant d’acheter. Et faites-vous conseiller ! Ah, et allez acheter votre matelas avec la (ou les, hein, vous faites ce que vous voulez) personne(s) avec qui vous dormez. Et idéalement, changez votre matelas au moins une fois tous les 10 ans. Et retournez-le de temps en temps.
 
Après, on peut aborder le sport. Il est évident que le sport est bon pour la santé, et donc pour son dos. Mais, le plus important, c’est de faire le sport que l’on aime ! Si vous n’êtes pas sportifs, ne faites pas de sport !! En fait, la base de tout, c’est d’écouter son corps.  Et d’avoir un bon matériel adapté au sport que l’on pratique ET à son corps. 
 
Mais si vous voulez absolument un sport bon pour le dos, privilégiez la natation. L’eau soutient le corps et soulage les douleurs. Pour le dos, privilégiez les nages sur le dos. Donc pensez à amener votre rétroviseur. Ah ah ah. »
 
 
« – Oui, ok. Bon, hem… Dans quel cas peut-on venir vous voir ? Je veux dire, mis à part un dos bloqué ? »
 
« – Ah, ça, c’est une bonne question ! En gros, un ostéopathe, vous pouvez aller le voir pour n’importe quel type de pathologie, à partir du moment où ces pathologies ne concernent pas un organe atteint, comme un cancer, par exemple. Mais nous pouvons agir sur les sinusites, les migraines, des problèmes viscéraux, comme la constipation, etc. Car en fait, dans beaucoup de cas, toutes ces pathologies vont « ensemble ».
 
Si un patient vient me voir pour une douleur au pied, je ne vais pas juste traiter le pied. Je m’intéresserais peut être à son dos, ou à ses épaules. Car dans le corps humain, tout est lié, tout va ensemble. Un dérèglement aux épaules peut créer un problème au pied, donc nous ne nous contentons pas de soigner le mal. Nous soignons donc, dans la mesure du possible, la cause, et non pas les effets. »
 
 
« – Mon fils se plaint que son cartable est trop lourd, est-ce que je dois lui acheter un sac à roulettes ? »
 
« – Ah ? Donc on change de sujet ? Bon, ok ! Heu, et bien, pour moi, les sacs à roulettes sont une fausse bonne idée. Le fait de tirer un sac avec un bras peut provoquer des douleurs aux épaules et des torsions du dos. Donc je conseillerais surtout de garde le cartable sur le dos, et de ne surtout pas acheter de sac bandoulière, parce que ça, c’est le pire ! »
 
 
« – Ok, merci ! Combien je vous dois ? Ah, tiens, dernière question, vous êtes remboursé par la sécu ? »
 
«  – Non. Mais certaines mutuelles remboursent les consultations d’ostéopathie, avec un forfait bien défini. Depuis la dernière loi sur la santé, il faut une prescription médicale pour les manipulations cervicales et les manipulations du coccyx sont désormais interdites. Et nous n’avons plus le droit de manipuler les bébés de moins de 6 mois. Ce qui est une vaste foutaise, puisque les cliniques et les services d’accouchement font appel à des ostéopathes à la naissance des enfants. Tout ça, c’est un complot des médecins qui veulent nous piquer nos patients !»
 
 
« – Oui, ben hein. Calmez-vous. Mais, merci, doc ! »
 
 
Merci au Doc. Pascal Mirandel d’avoir accepter de répondre à mes questions! Ah, et de m’avoir débloqué le dos. Aussi. 🙂

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.