Le blanchiment des dents

Posted on
le-blanchiment-des-dents

L’engouement des patients pour le traitement de blanchiment n’est pas un phénomène de mode. Cette forte demande esthétique est liée à l’importance, dans la société actuelle, d’avoir un sourire éclatant. 
Cependant, il est également à noter que ce traitement n’est pas indiqué chez tous les patients et nécessitera de prendre certaines précautions avant d’être effectué.

Les caractéristiques déterminant la blancheur des dents

Différents éléments vont conditionner la couleur et l’éclat de nos dents.

La composition de la dent

La dent est constituée de deux couches minérales : l’émail, couche externe transparente et la dentine, couche interne sous-jacente. C’est la couleur de la dentine plus ou moins jaune qui va transparaître à travers l’émail et déterminer ainsi la blancheur des dents.


Les variations de la blancheur au cours de la vie

Au fil de la vie, les différentes agressions physiques et chimiques associées à celles du brossage contribuent à user la couche externe de l’émail. Ce phénomène va laisser transparaître la couche de dentine située sous l’émail, diminuant ainsi la blancheur des dents.

  • La couleur des dents, un jeu de contraste

La blancheur des dents est également déterminée par le contraste entre la couleur de la peau, des cheveux, des yeux, des lèvres, des gencives… La blancheur des dents découle donc aussi d’un jeu de contraste. En effet, plus la peau est mate, les yeux marrons, et les cheveux bruns et plus les dents paraîtront blanches. C’est pour cette raison que les personnes d’origine africaine donnent en général l’impression d’avoir des dents particulièrement blanches. À l’inverse, plus la peau, les cheveux et les yeux sont clairs et plus les dents paraîtront jaunes, voire parfois grisâtres.

  • Les colorants

Les colorants liés à la consommation de certains aliments ou boissons (tels que le café, le thé, le vin rouge ou rosé, les sodas colorants, le chocolat, les fruits rouges, les tomates, les betteraves ou encore les carottes) ainsi que le tabac vont atténuer la blancheur des dents.

  • Les anomalies génétiques

Certains syndromes sont responsables de défauts de structure et de coloration de l’émail, c’est par exemple le cas de l’amélogénèse imparfaite où l’on observera une coloration diffuse des dents associée à un émail irrégulier et rugueux.

  • La prise excessive de fluor

Une quantité exagérée de fluor (fluorose) ingérée entre la naissance et l’âge de 6 ans peut induire des colorations brunes de l’émail.

  • Les traitements antibiotiques

Les antibiotiques de type tétracycline prescrits au cours de la grossesse de la mère ou durant les premières années de la vie de l’enfant peuvent également engendrer des colorations brunes ou grises caractéristiques au niveau de ses dents définitives. Ces troubles de la coloration sont difficiles à traiter et sont souvent résistants au traitement de blanchiment dentaire.

  • Le traumatisme dentaire

À la suite d’un choc au niveau d’une ou plusieurs dents, il peut arriver une rupture du nerf de la dent ayant pour conséquence la mortification de ce nerf. La dent change alors progressivement de couleur et prend une tonalité sombre (gris-brun). Dans ce cas, il sera possible, après l’avoir dévitalisée, de procéder à un traitement de blanchiment à l’aide d’une autre technique : le blanchiment interne.

 

Les contre-indications et précautions à prendre

Tous les patients ne sont pas candidats à l’éclaircissement des dents et certaines situations le contre-indiquent. De plus, votre dentiste devra prendre toutes les précautions nécessaires avant de réaliser ce type de traitement.

Les contre-indications

En cas de sensibilité connue à un des principes actifs du produit de blanchiment.
Chez les personnes mineures : la minéralisation des dents étant totalement achevée à 18 ans, il sera préférable d’atteindre cet âge pour procéder à ce type de traitement.
Chez la femme enceinte : la gingivite gravidique de la femme enceinte pourrait être aggravée par le produit de blanchiment.

Chez les fumeurs : l’arrêt complet de la cigarette est requis avant tout blanchiment, faute de quoi aucun résultat visible ne pourra être obtenu. De plus, le tabac peut être susceptible d’interagir avec le principe actif du produit de blanchiment, ce qui risquerait alors de devenir toxique pour l’organisme.

Chez les patients présentant des fêlures de l’émail qui peuvent devenir la source de violentes douleurs en cas de blanchiment. En effet, ces brèches pourraient être infiltrées par le produit, générant un risque d’atteinte du nerf de la dent.

Les précautions à prendre

Votre dentiste doit préalablement faire un examen clinique et radiologique afin de s’assurer que votre état bucco-dentaire est sain.

Le blanchiment dentaire est réalisable si plusieurs conditions sont réunies :

Le parodonte (tissu de soutien des dents) doit être sain. En effet, le produit d’éclaircissement pourrait aggraver des problèmes inflammatoires préexistants au niveau du parodonte. Votre dentiste devra donc préalablement procéder à un détartrage suivi d’un polissage ; ceci afin d’éliminer les sources bactériennes responsables de ces inflammations potentielles.

Les dents doivent être parfaitement traitées. Le soin des caries et la protection des collets fragilisés (mylolyses) sont indispensables avant tout traitement. De plus, l’étanchéité des obturations (composites et amalgames) devra être contrôlée (et, le cas échéant, restaurée) afin de s’assurer que le produit de blanchiment ne puisse pas diffuser à proximité du nerf et mettre ainsi en péril sa vitalité.

 

Les différentes techniques

Il existe deux principales méthodes permettant d’éclaircir les dents : le blanchiment au cabinet dentaire, et le blanchiment à la maison (ambulatoire).

Dans les deux cas, une concertation entre le dentiste et le patient sera nécessaire pour s’accorder sur les objectifs à atteindre. En effet, certains patients ont parfois des attentes excessives qui ne sont pas toujours réalisables. Aussi sera-t-il nécessaire, avant de débuter le traitement, de déterminer la teinte d’origine des dents, à l’aide d’un nuancier, afin de pouvoir la comparer à la teinte obtenue au terme du blanchiment.

Un peu de médecine

Le blanchiment est basé sur le phénomène de peroxydation. Il s’agit d’une réaction chimique qui va permettre une libération d’oxygène par le principe actif du produit, composé de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) dans certains cas, et de peroxyde de carbamide (mélange de peroxyde d’hydrogène et d’urée) dans d’autres cas. Au cours de cette réaction chimique, l’oxygène libéré va traverser les cristaux de l’émail et agir en éclaircissant les pigments colorés contenus au sein de la dentine. Cette réaction chimique de peroxydation pourra être catalysée (accélérée) par certains facteurs tels que la chaleur ou la lumière.

Le blanchiment au cabinet dentaire

Il s’agit de la technique la plus couramment utilisée, car la moins contraignante pour le patient. Ce soin peut être réalisé en une ou deux séances (voire trois parfois). La concentration du principe actif contenue dans le produit de blanchiment étant plus élevée que dans le cas du blanchiment à la maison, des précautions particulières devront être prises pour protéger les tissus environnants. Avant d’appliquer le produit de blanchiment sur les dents, le dentiste devra mettre en place un écarteur spécifique pour protéger les muqueuses et les lèvres du produit d’éclaircissement fortement concentré en principe actif. Une protection (digue en silicone) est également positionnée au niveau des gencives (à la base des dents) pour les protéger d’éventuelles brûlures pouvant être occasionnées par le contact avec le produit. Le produit de blanchiment sera ensuite appliqué sur les dents, et pourra être activé, dans certains cas, par une source lumineuse dégageant de la chaleur (lampe LED notamment).

Votre dentiste sera présent durant toute la séance pour veiller au bon déroulement du traitement et éventuellement arrêter la procédure, en cas de fortes sensibilités.

Les conseils du Doc

Au terme du blanchiment, le praticien peut vous prescrire un dentifrice ou un gel contenant des agents désensibilisants (comme du fluorure, du nitrate de potassium ou encore du chlorure de strontium) pour prévenir d’éventuelles sensibilités (de type courant électrique) pouvant survenir durant les premiers jours.

Il est également vivement recommandé de stopper pendant 48 heures la consommation de colorants contenus dans les aliments et les boissons tels que le café, le thé, le vin rouge ou rosé, les sodas, le chocolat, les fruits rouges, les tomates, les betteraves ou encore les carottes. En effet, l’émail étant légèrement plus poreux au cours des deux premiers jours suivant le traitement, il sera plus réceptif à l’imprégnation des colorants. Par conséquent, l’arrêt de leur consommation permettra de potentialiser les effets du blanchiment.

Le blanchiment à la maison (ambulatoire)

Bien que très efficace, cette technique est moins fréquemment utilisée car moins pratique pour le patient. En effet, elle nécessite le port de gouttières sur mesure contenant un produit de blanchiment, qui devront être portées durant une semaine, de deux heures par jour à toute la nuit suivant la concentration de principe actif. L’autre inconvénient réside dans le fait que le patient devra éviter de consommer tout colorant contenu dans les aliments et les boissons pendant l’ensemble du traitement.

L’avantage de cette technique réside dans la concentration plus faible de ces produits, qui seront donc moins irritants pour les dents et les tissus environnants. De plus, ces produits sont appliqués pendant une durée plus longue qu’au cours du blanchiment au cabinet dentaire. Par conséquent, l’imprégnation prolongée du principe actif au contact des dents donnera des résultats équivalents, voire supérieurs au blanchiment réalisé au cabinet dentaire.

Dans les cas de colorations sévères, on pourra opter pour une combinaison des deux techniques consistant, dans un premier temps, en une séance d’éclaircissement au cabinet dentaire, suivie dans un second temps, du traitement ambulatoire pendant une semaine. Cette alternative aura l’avantage de donner, dès la première séance, un résultat visible et immédiat. Ce qui permettra de motiver le patient afin qu’il respecte scrupuleusement le protocole contraignant au cours du blanchiment à la maison.

Notons que ces différentes techniques de blanchiment ne doivent pas être répétées de façon excessive, sous peine de fragiliser les tissus dentaires et d’atteindre le nerf de la dent.

En outre, l’efficacité du traitement de blanchiment sera variable en fonction de chaque patient et dépendra de la teinte originelle des dents.

 

le-blanchiment-des-dents

  • Partager

0 Commentaires

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.